Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
D'UNE ILE A PARIS

Bio, bon ou local : mes réflexions sur le bien manger #mercredisgourmands

23 Septembre 2015, 21:10pm

Publié par MamieVlin

Ail de Provence, un marché dans le Luberon (c) D'une île à Paris

Ail de Provence, un marché dans le Luberon (c) D'une île à Paris

"Jeune couple avec enfants cherche légumes et/ou fruits de saisons, bons, bios et produits localement pour cuisine quotidienne, recettes faciles et bonne humeur dans nos assiettes " !

Depuis plusieurs années, nous faisons, mon amoureux et moi, très attention à ce que nous mettons dans notre cabas, puis dans notre assiette.

Nous souhaitons être des consommateurs aux choix réfléchis et respectueux de l'environnement, soucieux de notre santé et prenant également en compte les difficultés de certains exploitants agricoles. 

Mais le choix entre le bio, le local ou le bon est un vrai dilemmne. 

Depuis quelques années, nous privilégions les produits bios que nous trouvons plus sains et plus meilleurs en goût aussi. Malgré quelques déceptions/surprises en achetant des produits bios (des fruits qui périssent plus vite ou qui ne sont pas forcément meilleurs en goût que ceux achetés en grande surface, des prix parfois exhorbitants), nous conservons de manière générale un plus grand attrait pour les fruits bios que ceux qui ne le sont pas.

Et encore plus depuis que nous avons des enfants. Même s'ils sont scolarisés et déjeunent le midi à la cantine de l'école ou de la crèche, j'aimerais autant que possible leur apporter une alimentation variée, bio et saine le soir à la maison et les week-ends. De même pour nous les parents.

Tarte au potimarron bio (c) D'une île à Paris

Tarte au potimarron bio (c) D'une île à Paris

Un couple d'amis qui a le projet à très court terme d'ouvrir une AMAP et qui se forme donc au métier d'agriculteur nous a récemment expliqué plein de choses sur le label bio notamment.

Et en résumé, j'ai surtout retenu que c'était un label très cher, surtout pour les grandes exploitations (puisque la redevance à payer pour pouvoir accéder à ce label est proportionnelle à la surface à exploiter) et que les contrôles était.. très légers.

Ce qui m'a le plus étonnée, c'est qu'ils m'ont expliqué que les grandes exploitations avaient comme pratique d'acheter un label pour une toute petite surface et qu'ensuite, ils vendaient les fruits bios très chers pour pouvoir écouler plus facilement leur stock de produits non bios, mais moins chers. En gros, ils font monter les prix pour asphyxier les exploitations qui ne font que du bios.

Cela m'a un peu dégouttée même. Nous sommes du côté des consommateurs, si peu informés sur ce label bio et ces pratiques, comment faire confiance, comment choisir le bon produit ?

Le choix de ces amis futurs proprio d'une AMAP est de faire du bio sans le label et de vendre en local. Moi qui ne savais même pas que cela était possible avant d'en discuter avec eux, je me dis que c'est sûrement le meilleur choix au final. Faire confiance aux agriculteurs locaux qui tentent de survivre face aux grosses exploitations.

Et c'est donc le choix que je souhaite faire aujourd'hui, privilégier les produits bio et locaux.

Et quand je ne pourrais pas forcément avoir les deux, je pense que je pencherai un peu plus vers le local que vers le bio, tout dépendra du produit aussi.

Mais à nouveau, je constate que ce n'est pas si facile que ça.

Parfois par exemple, sur l'étiquette d'un produit bio, il est indiqué simplement "origine France", mais comment savoir si un légume ou un fruit dont la provenance est France a été produit localement, en île-de-France ou à Perpignan ou en Lozère ?

Et lorsqu'un fruit ou un légume a été exporté mais qu'il est dit "bio", est-ce que son transport s'est fait par avion ou par bateau ? Et pourquoi utiliser du plastique pour emballer ce produit soit disant "bio" ??

En achetant du local non bio, comment avoir l'assurance de manger un produit sans, sans OGM, sans pesticide et sans engrais..

Et pour les produits qui ne sont pas produits localement, je fais comment ?

Pour les produits réunionnais, j'ai un ptit colis pays ou mon papa qui m'en ramène souvent dans ses bagages, c'est local, pas forcément bio et le bilan carbone est pas super positif, mais ça fait quand même du bien au moral un bon ananas peï ou un avocat de là-bas...

Oranges bio pour plein de vitamines, mais pas très locales.. (c) D'une île à Paris

Oranges bio pour plein de vitamines, mais pas très locales.. (c) D'une île à Paris

Du coup, je me questionne, je compare les prix, entre ceux du marchés, et ceux des enseignes autour de la maison. Je passe deux fois plus de temps à faire mes courses, mais parce que cela devient de plus en plus important pour moi de savoir où vient ce qui nous nourrit et ce que nous mangeons tous les jours.

J'ai ainsi passé pas mal de temps à comparer les paniers de fruits et/ou légumes livrés à domicile ou en relais colis car je me disais que ce serait une solution plus rapide.

Mais là encore, difficile de choisir, il y a moultes propositions, surtout à Paris et, les prix sont assez équivalents, les contenus bizarrement décrits. Peu d'amis qui ont testé ce genre de service.

Mes recherches m'ont permis aussi de découvrir qu'il y avait tout près de chez moi une Ruche du réseau Une Ruche Qui Dit Oui.

Il suffit de créer un compte, de remplir son panier avant le lundi et d'aller récupérer ses courses le mardi dans la "ruche" gérée par une bénévole qui habite dans le quartier.

J'ai décidé de tester ça ainsi que d'autres "boutiques" du même genre, avec cette idée de créer un lien le plus direct possible entre le consommateur et les agriculteurs.

Et j'ai aussi prévu d'aller à la cueillette des fruits et légumes directement dans les champs de la région parisienne avec les enfants, une belle idée de balade et d'initiation pour eux au bien manger.

Fraises françaises mais pas bio offertes par Dia (c) D'une île à Paris

Fraises françaises mais pas bio offertes par Dia (c) D'une île à Paris

Cet article me semble un peu décousu, mais l'idée était de partager ici mes réflexions, mes pistes à moi. Je reviendrai bien sûr vous dire ce que j'ai aimé ou pas, ce que j'ai testé ou pas.

Et j'aimerais beaucoup avoir vos opinions et vos tests à vous, vos avis sur des paniers ou sur des enseignes, sur le bio ou le local. Bref, j'ouvre le débat !!

Ah oui, je sais que certains me diront sûrement que je me réveille 10 ans après tout le monde, que ce débat est ouvert depuis de nombreuses années, comme les concepts d'AMAP (très bien expliqué ici ou d'ailleurs) ou encore celui de Ruche qui dit oui existent depuis longtemps (2011 pour ce dernier, j'ai donc 4 ans de retard..). Je ne prétends pas du tout avoir une démarche innovante et je savais avant cette discussion avec mon ami que le label bio était controversé. J'ai juste découvert des pratiques qui m'ont fait réfléchir et m'ont donné envie d'aller encore plus dans la mise en place de nouvelles habitudes alimentaires.

Et j'avais envie d'en parler ici, sur mon blog qui est mon espace à moi. Merci donc d'être indulgents et pas trop sévères à mon égard dans vos propos, le but n'est pas d'ouvrir une tribune à ceux qui souhaitent polémiquer (prenez le temps de lire un peu mon blog avant, vous vous rendrez compte que ce n'est pas trop un endroit pour polémiques ici), mais uniquement de partager nos bonnes idées, nos bons plans et nos envies positives. Merci !

A très vite donc,

MamieVlin ***

Avec cet article, je participe à nouveau aux Mercredis Gourmands (sans recette cette fois-ci, mais c'est aussi ça un mercredi gourmand !), un rendez-vous hebdomadaire de milieu de semaine pour blogueuses gourmandes et gastronomes, lancé il y a quelques années et admirablement bien géré par Anne-LaureT et ses acolytes, Sysy in the city et Sophie Turbigo.

Bio, bon ou local : mes réflexions sur le bien manger #mercredisgourmands

Commenter cet article